FEMME, LÈVE-TOI ET BÂTS TOI POUR UN AVENIR RADIEUX

Je me nomme KWAMINAN ESSY APPOH RITA PASCALE. J’ai un rêve celui d’impacter positivement ma génération. Depuis mon enfance, je rêve d’être une femme accomplie, autonome et qui participe au développement de son pays . Aussi réussir mes études était-il primordial pour atteindre mes objectifs. Et grâce à DIEU, j’y excellais parvenant à me classer parmi les meilleurs du primaire au lycée où j’obtins le BAC série A2. A dix-huit (18) ans, j’intégrai la très célèbre faculté de droit de l’ Université FÉLIX HOUPHOUËT-BOIGNY d’Abidjan. Je m’en souviens comme si c’était hier. Fière, déterminée à devenir une grande magistrate, je fis mon entrée dans cet univers où études riment avec rangs à n’en point finir, grèves, affrontements, règlement de compte et j’en passe. Hélas en deuxième année je me retrouvai enceinte. Certains proches prédisaient alors la fin de mes études et préconisaient l’avortement. Car selon eux ce bébé allait me gâcher la vie. Je me souviens des reproches: « Comment toi une fille aussi intelligente a pu se faire enceinter? ». Ou encore pour ceux qui voulaient se moquer: « j’ai eu mon BAC c’est son bénéfice qui est là ».Contre tout attente, je me braquai contre « ces sages » et décidai de garder mon bébé. J’avoue les neufs mois de grossesse n’ont pas été facile pour la jeune fille de dix-neuf (19)ans que j’étais. Comme la plupart des étudiants d’Abidjan je devais me lever tôt pour aller  » lutter le bus* ». A la faculté de droit, on avait un dicton: »le droit est jaloux « . Car entre les nombreuses fiches des travaux dirigés à traiter, les recherches à faire et les cours à « boit l’eau* », un étudiant consciencieux avait à peine le temps de se détendre. La situation s’avéra plus compliquée que ce que j’imaginais. Parfois je restais assise jusqu’à minuit mes notes de cours en mains. Je me retrouvais avec les pieds enflés à la fin des cours. Avec l’aide de DIEU, je mis au monde une adorable petite fille que je laissai à ma mère, mon seul véritable soutient depuis le début de cette aventure. Je poursuivis mes études. En année de Maîtrise  survint la crise post- électorale. Il s’ensuit alors la décision de fermeture de l’Université. Cette décision m’affecta énormément car à quelques pas d’obtenir le trésor tant convoité on venait m’arrêter. Avec le courage qui me caractérise et surtout poussée pour la recherche de l’autonomie, je me mis au commerce. Avec l’aide de DIEU, mon petit commerce prospéra. Et je parviens à faire des économies. Comme toutes les femmes, j’attendais également le prince charmant. Ce jour se présenta à moi. Ainsi à vingt-trois(23) ans, je me maria. Entre temps, l’Université ouvrit à nouveau ses portes et je puis obtenir ma  Maîtrise option carrières judiciaires. Cependant à la manière des femmes africaines, je laissai de côté mes ambitions et mes rêves pendant quatre (4)ans, en m’efforçant à vivre simplement ma vie de femme au foyer. Et cela me rendait malheureuse. Certes je voulais me marier et fonder une famille mais je voulais également contribuer au développement de mon pays par mes actes et mon travail.

Je me voudrais pas regarder mes enfants dans dix ans et leur dire:  » c’est à cause de vous que je suis restée comme ça » ; mais plutôt leur dire: « c’est pour vous que je me suis battue ». Il est temps que les femmes africaines cessent de dire:  » quand mes enfants vont grandir ils vont s’occuper de moi ». Prenons nos responsabilités chères femmes. Battons-nous et assurons un avenir radieux aux générations futures. Aujourd’hui plus que jamais le monde compte sur  nous.

En 2013, j’ai conçue le projet de créer un magazine qui traiterait des sujets relatifs à la jeune fille, mais faute de moyens mon projet n’a pu voir le jour. Il y a de cela un an que poussée par le désir de faire de l’évangélisation, j’ai fait la rencontre du bloguing. Et à chaque article que j’écrivais, le Seigneur laissait transparaître un talent qu’il avait en fouille en moi. Grâce à mon blog, j’ai découvert en autres, que j’avais un véritable don pour l’écriture. Grâce à mon blog j’ai également su que j’avais un don pour faire du développement personnel. Mais j’étais loin d’imaginer que Réalité de vie pouvait être le magazine pour adolescentes dont j’ai tant rêvé. C’est pourquoi,Réalité de vie qui était un blog généraliste sera désormais un blog dédié à la jeune fille (9 à 19 ans).  Je serai la  » TATA À L’ÉCOUTE DES ADOS » comme j’en ai tant rêvé. Réalité de vie sera aussi le blog de toutes les mères qui veulent développer une vraie relation mère-fille. Je suis passionnée de leadership et l’autonomisation de la femme. On parle d’égalité de genre et de parité dans toutes les instances de décisions, mais si nous voulons avoir des leaders féminins nous devons préparer les filles dès le bas-âge en les guidant et en les incluant les valeurs morales et sociales. Pour l’année scolaire 2016-2017, il y a eu 4.471 cas de grossesses dont 404 au primaire.  A l’image de l’Élysée, du gouvernement ivoirien ou du parlement qui fait sa rentrée, Réalité de vie fera sa rentrée le Mardi 12 Octobre 2017. Conseils, droits et toutes les réalités des adolescentes seront passées en revue sur realitedevie.com.  J’espère participer par mes écrits à la réduction de ce fléau qui est un véritable frein au leadership féminin car la plupart des jeunes filles mères abandonnent le chemin de l’école.

Lisez, partagez mes articles et surtout conseillez mon blog à vos amis(es), à vos petites sœurs, à vos nièces, à vos filles. Désormais vos petites sœurs,vos nièces, vos filles pourront aller sur le net et lire quelque chose de sain et d’éducatif. Abonnez-vous également à ma page Rita Pascale de l’Immaculée sur laquelle je laisserai à votre endroit des prières, des exhortations. J’y ferai également du développement personnel. Vous pourrez également me contacter sur ma page facebook ou par mail pour d’éventuels préoccupations relatives à la jeune fille. Envoyer votre courrier à rita.kwaminan@realitedevie.com .
Je vous attend tous sur realitedevie. com

QUE LA PAIX SOIT VOTRE PARTAGE!

 

LEXIQUE

LUTTER LE BUS: expression ivoirienne qui signifie s’arranger pour prendre le bus même s’il est plein.

BOIT L’EAU: expression ivoirienne qui signifie  mémoriser les cours

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *